Lifestyle December 29, 2015 at 05:18 pm

Cher Gouvernement Tchadien…

Christian Djimra Koumtog December 29, 2015 at 05:18 pm

December 29, 2015 at 05:18 pm | Lifestyle

Chadian President Idriss Deby
Idriss Deby

Chadian President Idriss Deby

In my country of Chad, we know very well that so much more can be done, but our government continues to ignore our most basic needs: proper fiscal handling, transparency with established budgets, and more. According to the African Economic Outlook, the Chadian economy has been booming since petroleum was discovered in the early 2000s. Oil extraction has brought billions of dollars into the economy but Chad was still classified the 170th poorest country out of 177 countries in 2008 when it gained about $1.2 billion in 2007. That is outrageous!  

Selon les Perspectives Economiques en Afrique, le Tchad a eu une croissance de son produit intérieur brut (PIB) de 3.9 pour cent en 2013, ce PIB est monté jusqu’à 7.2 pour cent en 2014 et est estimé à 9 pour cent en 2015. L’exploitation du pétrole est au cœur de cette croissance positive. Mais sachant que, sur le plan mondial, le pétrole ne « profite » plus comme avant, cette croissance a été projetée à [être réduite à] 5 pour cent en 2016.  (Lire toutes les données sur : http://www.africaneconomicoutlook.org/fr/notes-pays/afrique-centrale/tchad/)

RELATED: MEET MY PEOPLE, THE SARA OF CHAD

Avant la découverte du pétrole dans le sud du Tchad et précisément à Doba, cette économie était basée sur l’agriculture et l’élevage; il est nécessaire de souligner que le coton était le produit de croissance économique avant la découverte du pétrole.

On est informé ainsi que LES IMPLICATIONS politico économiques et socio-économiques sont profondes. Par rapport « Au regard de la forte dépendance de l’économie tchadienne vis-à-vis du pétrole, et alors que le pays est également confronté à la prégnance du défi climatique, accroître sa résilience dans un environnement économique national et régional particulièrement instable devient une nécessité.

La Banque Africaine/Fonds Africain de Développement nous précise ainsi que Dans le domaine de la gouvernance, les performances du Tchad sont inférieures à celles de la moyenne des pays d’Afrique Subsaharienne en matière de responsabilité, d’efficacité, d’Etat de droit et de perception de la corruption.

Comme mes compatriotes Tchadiens, nous rêvons d’un nouveau Tchad car nous vivons dans des conditions pitoyables. Et en tant que citoyen du Tchad et ressortissant, nous demandons au gouvernement de notre pays et Chef d’état d’instituer des décrets pour promouvoir la transparence fiscale et créer des agences anti-corruption qui seront (vraiment) efficaces et auront pour seule objectif de vraiment utiliser les richesses de notre pays pour nous — le peuple.

Dans toute sincérité, nous savons ce qui se passe au sein de ce gouvernement vis-à-vis des richesses de ce pays. Ce gouvernement, qui ne se préoccupe que d’un seul groupe, est une honte au niveau international car LA HAUTEUR de ce pays n’est pas respecté. Et ce n’est qu’un groupe minoritaire qui en profite!

Et de nos conditions misérables et leur détournements monétaires, nous ne bénéficions pas de ces fonds ; il (ce gouvernement) ne représente pas les autres classes Tchadiennes et autres groupes ethniques. La discrimination qui se fait au sein de ces milieux peut-être traduite par une disparité budgétaire, il n y a rien de transparent.

En plus, les ethnies (non reliées à Idriss Déby Itno ou les autres fonctionnaires) souffrent pleinement, c’est devenu un phénomène triste. Comment se fait-il que la majorité d’un groupe minoritaire contrôle les fonds de notre pays?

Il y a plus de 12 millions de nous dans ce pays. Selon RFI Afrique. Pour avoir dénoncé les pratiques de Salaye Déby, Stéphane Ouaye, directeur de publication du journal “Le haut-parleur” a été arrêté et torturé, début Octobre [2015].  Notons que Salaye Déby est le frère cadet du Président Idriss Déby Itno qui était directeur général (DG) de douanes à N’Djamena pendant longtemps.

Doba, ville dans laquelle les experts étrangers et nationaux demeurent afin d’extraire cette richesse (l’or noir) qui appartient aux Tchadiens, n’est pas au niveau d’une ville pétrolière dont le peuple peut être fier. Ce peuple là-bas souffre toujours de conditions précaires. C’est une honte! De 1990 à 2015, le Président a eu plusieurs chances d’améliorer et de transformer le Tchad, il est difficile d’imaginer notre pays dans de telles conditions en 2016. Il est possible de partager les biens et nos ressources équitablement.

Selon Tchad Actuel:  L’ancien Premier ministre tchadien, Abdelkerim Fidèle Moungar, a affirmé que la corruption au Tchad est un problème structurel Au Tchad, les méthodes d’investissement ne répondent pas à un appel d’offres. Il n’y a pas de transparence. C’est tout le système de gestion du régime en place qui est en cause. Il faut s’attaquer à tous les symptômes si on veut guérir la maladie, a déclaré Abdelkerim Fidèle Moungar dans un entretien accordé à la PANA à Paris en 2010.

Le droit fiscal au Tchad doit être défini. La corruption doit être anéantie. Cette dictature politico-économique, que subit le Tchad et les Tchadiens, doit être aussi anéantie. La population tchadienne doit changer de mentalité et non pas seulement demander [d’une manière révolutionnaire] un changement REEL mais réclamer à son Excellence, IdrissDéby Itno, de se préoccuper des 90% des autres Tchadiens qui souffrent ; SI LES BIENS DU TCHAD ETAIENT EQUITABLEMENT PARTAGER, CES 90 POUR CENT DES TCHADIENS AURONT ACCESS A L’EAU POTABLE, UNE TRES BONNE EDUCATION ET UN MOYEN DE SURVIVRE.

La Situation Economique, Socio-politique et Politico-économique au Tchad est pleine de corruption et la transparence doit commencer avec le Président lui-même. Les ministres qui occupent leur poste respectif doivent REMPLIR LEUR FONCTIONS avec un standard de moralité respectueux et reconnaitre les autres 90% des Tchadiens qui ont besoin de survivre chaque jour. L’ex-Premier ministre (Abdelkerim Fidèle Moungar) a déclaré que « malgré les richesses du Tchad, le pays est mal classé. En 2008, il s’est classé 170ème sur 177 pays alors qu’en 2007 le Tchad avait empoché des recettes de l’ordre de 1,2 milliard de dollars US. Il n’y a eu pas de progrès et le niveau de vie a baissé ». Dans toute simplicité et sincérité, nous savons ce qui se passe au sein de ce gouvernement vis-à-vis de nos droits divins et des richesses de ce pays. Le Tchad peut devenir un exemple en Afrique, un pays dans lequel [de l’est à l’ouest, du nord et du sud] il y a de l’eau potable et toutes les maisons ont de l’électricité, toutes les rue en bonnes conditions, toutes les femmes Tchadiennes et hommes Tchadiens loin du chômages, tous les enfants éduqués et en très bonne santé.

SEE ALSO: ONCE I AM PRESIDENT OF CHAD…

Conversations

Must Read